Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

La galle du Fuchsia

Fuchsia (M.Normand)Les acariens à galle des fuchsias sont un challenge perpétuel pour les producteurs de fuchsias. C’est surtout un problème sous le climat californien côtier où des populations de ce parasite sont établies en permanence dans les jardins abandonnés comme dans ceux qui sont bien entretenus. Il y a peu de chance d’éliminer les acariens à galle de cette région, chaque infestation locale est une source de population disséminant les acariens sur les autres cultivars de fuchsias sensibles. Il est probable que les innombrables buissons de fuchsias infestés des vieilles plantations abandonnées servent de refuges permanents aux acariens, en attendant d’être éparpillés par les colibris ou les humains.

La question pratique pour le producteur de fuchsia est : comment vivre avec les acariens à galle ?

Pour beaucoup de jardiniers qui sont producteurs occasionnels de fuchsias (pas de fanatiques accros) l’utilisation horticole a évolué vers la suspension fleurie annuelle jetable. Le fuchsia de culture courte n’est pas une stratégie satisfaisante pour combattre le cycle vital de l’acarien à galle, au moins pour les jardiniers fidèles qui se plaisent à bichonner le spécimen chéri des années durant. Utiliser des jetables est aussi en vogue avec des fuchsias grands standards ou des buissons de valeur ornementale.

À l’opposé, quelques fans ont à portée de main la ‘baguette magique‘ contre l’acarien : les pesticides systémiques synthétiques. Il est vrai qu’ils agissent avec magie, mais de plus de façons que désirées. Traditionnellement, la magie a un coût pour celui qui l’utilise. C’est tout à fait vrai pour les pesticides systémiques qui empoisonnent la sève des plantes et intoxiquent la plante entière. Les étiquettes des pesticides systémiques indiquent, en petits caractères que presque personne ne lit, que le produit agit au moins comme le désire le jardinier, mais il est prévenu des risques pour les humains, les poissons et la faune sauvage. Les mises en garde des étiquettes sont des exigences légales pour l’usage des pesticides, mais dans la pratique ils sont rarement pris en compte ou mis en application.

Pourquoi le producteur serait-il concerné par la toxicité sur la faune sauvage des pesticides systémiques appliqués sur les fuchsias dans les jardins privés à faible contact avec la vie sauvage ? Réponse : les colibris

Les colibris et les fuchsias sont inséparables dans la nature et en culture. Ils évoluent ensemble. C’est une métaphore éloquente de dire que le but ultime des fleurs de fuchsias est d’attirer et de nourrir les colibris comme l’art populaire dans les expositions de Fuchsia Lore peut l’attester. C’est ironique et même pervers que cette relation entre l’oiseau et le fuchsia soit littéralement empoisonnée par des armes chimiques contre les acariens. Les fabricants de pesticides ne testent pas la toxicité de leurs produits sur les colibris. Ils font des tests sur un substitut de ‘‘procuration’’, une espèce élevée aisément en captivité, comme la caille. Les producteurs de fuchsias qui utilisent les pesticides systémiques sur les plantes visitées par les colibris risquent de les exposer très gravement par accumulation de matière toxique. Naturellement, les humains s’exposent aussi aux même risques, spécialement lors des dosages, mélanges et applications des pesticides et manipulation des plants.

« Un jardin de fuchsias maintenu sans pesticides synthétiques et peu de galles déformantes est une grande réussite, en effet, spécialement en Californie »

Utiliser des pesticides sur les fuchsias est un choix personnel, naturellement.

Mon point de vue est que les pesticides systémiques sont littéralement et virtuellement un comprimé ‘‘empoisonné’’ créant une beauté toxique que je ne peux pas ignorer. J’obtiens la même impression de dégoût avec les ‘‘pelouses chimiques’’ ressemblant à un gazon plastique impeccable avec un usage intensif d’herbicides, de pesticides et de fertilisants synthétiques. La séduction superficielle est ruinée pour moi par le spectre de toxicité du pesticide. L’image d’un fuchsia lumineux fleuri avec un nectar empoisonné semble absurde pour moi. Il bafoue largement mon grand respect horticole pour le producteur et mon appréciation de la plante qui ne fane pas.

Des pesticides non systémiques sont parfois utilisés sur les fuchsias. Les producteurs remontant aux années 1970 peuvent se rappeler comme moi que l’acaricide kelthane (le constituant de plusieurs formules de pesticides de plusieurs marques, utilisé contre les galles.) Je confesse l’avoir utilisé volontairement par ignorance dans ma jeunesse. Comme de nombreux pesticides domestiques, initialement considérés comme suffisamment sûrs pour la vente au détail, sont basés sur une recherche limitée, celui-ci fut interdit à cause des dommages et des risques de toxicité cumulés sur les humains et la faune sauvage. Il y a même encore plus de pesticides en usage aujourd’hui qui semblent suivre la même tendance – légale et sûre, une décade basée sur des données limitées, dangereuse et interdite, la suivante lorsque l’évidence s’accumule.

Mais quelles sont les possibilités d’usage du pesticide pour lutter contre les acariens à galle ?

De nombreux producteurs, on peut les comprendre, ne sont pas d’accord d’abandonner la riche diversité des cultivars de fuchsias sensibles aux acariens et de ne cultiver qu’une sélection étriquée d’espèces et de variétés résistantes.

Le choix de lutte contre les acariens des fuchsias sans recourir aux pesticides synthétiques toxiques peut être laborieux et frustrant, mais c’est aussi un challenge gratifiant et un test de volonté et d’habileté pour le jardinier. Un jardin de fuchsias entretenu sans pesticides synthétiques et ayant peu de galles déformantes est en effet une réussite très belle, en particulier en Californie.

Ce n’est pas simplement la ‘‘baguette magique’’ organique pour le fuchsia. Cette ‘‘magie’’ pour la lutte est un mélange d’habile observation, de bonne connaissance du cycle de vie de l’acarien, estimation de la date d’éclosion des œufs dans la saison, prophylaxie et calendrier de traitements pour tuer les acariens adultes, les juvéniles et les œufs. Chaque jardinier peut améliorer et adapter des principes simples et efficaces de lutte. Les expérimentés qui cultivent des légumes ou des arbres fruitiers reconnaîtront dans cette lutte les principes du savoir-faire et de la sagesse ancestrale horticole. Les galles sont au fond semblables aux autres acariens de jardin en termes de pratique de lutte biologique. Les symptômes sont différents.

Pour lire la suite, TELECHARGEZ L'ARTICLE EN PDF

American Fuchsia Society - Bulletin - Vol. 81 No 3 - July September 2009

Learning to live with Fuchsia Gall Mites - Peter R. Baye Ph.D. botanist

 

Traduction  pour la S.N.H.F. Section Fuchsia, le 1er septembre 2009