Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

Le chancre coloré du platane

Chancre coloré du Platane (A Vigouroux)Face à l’impossibilité de contrôler la maladie du chancre coloré, nous avons élaboré un type de platane résistant à l’agent responsable, le champignon Ceratocystis platani. En utilisant des sources de résistance présentes chez quelques arbres de l’espèce Platanus occidentalis, indigène aux USA mais non acclimatée en Europe, nous avons réalisé des hybrides en croisant ces arbres avec quelques exemplaires de P. orientalis indigène au Proche-Orient. Parmi les nombreux hybrides obtenus, nous avons sélectionné ceux qui avaient hérité de la résistance du parent américain en leur appliquant un test d’inoculation spécifique du parasite. Appliqué trois fois successivement y compris, pour le dernier, sur les racines, ce test a permis de révéler une bonne résistance sur un sujet seulement. Appelé VALLIS CLAUSA ® et après multiplication, ce plant est commercialisé depuis octobre 2005. Cependant, la sélection continue afin de pouvoir entretenir un minimum de diversité génétique.

On est souvent sans recours d’ordre curatif face aux affections graves des arbres, qu’ils soient fruitiers ou ornementaux, et l’emploi de cultivar résistant apparaît alors, quand il est possible, comme la solution idéale. La position du platane face au chancre coloré illustre parfaitement ce type de situation. L’importance du platane dans les plantations d’alignement ou de parc n’est plus à souligner. Malheureusement cette espèce, jusqu’ici pratiquement sans problème, est maintenant gravement menacée par la maladie du chancre coloré. Introduite des USA en Europe à la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette affection détruit un beau platane de cent ans en quatre à cinq ans. Elle en a ainsi déjà tué des milliers en Italie, en France, en Suisse (Anselmi et al., 1994) et plus récemment en Grèce (Tsopelas and Angelopoulos, 2004).

Aucun traitement n’est possible, les quelques effets obtenus in vitro ou sur de très jeunes arbres en pépinière par application ou injection de produits systémiques (type benzimidazole) n’ayant pu être retrouvés sur arbre adulte. Par ailleurs, les mesures de prophylaxie que l’on a pu déduire de l’épidémiologie du parasite en cause, Ceratocystis platani (Walter) Engelbr. & Harr., sont très contraignantes sans être toujours efficaces. L’obtention et l’utilisation d’un type de platane résistant à la maladie sont donc apparues nécessaires. Les populations de platanes communs en Europe, issues d’hybridations récentes (vers 1670) entre le platane américain Platanus occidentalis L. et le platane du Moyen-Orient P. orientalis L., (Besnard et al., 2002), avaient très peu de chance de recéler la résistance recherchée puisque toutes issues de seulement deux ou trois individus a priori sensibles. En revanche, la maladie étant originaire des USA, le Dr. F. I. McCracken, de l’USDA, Forest Service, Mississipi, avait pu mettre en évidence une résistance marquée chez quelques platanes de son pays (résultats non publiés) qu’il a mis à notre disposition après notre visite aux USA en 1989. Cependant, P. occidentalis n’est pas acclimaté en Europe. Entre autres, il est rapidement détruit par le champignon parasite Apiognomonia veneta (Sacc. and Speg.) Hohn qui provoque la maladie de l’anthracnose. Chez notre platane commun, cette affection ne provoque que des chutes de feuilles plus ou moins abondantes et des dessèchements de brindilles vite réparés ; mais chez le platane américain, pratiquement tous les bourgeons sont infectés et l’arbre ne peut se développer. Nous avons donc cherché à récupérer la résistance au Ceratocystis par croisement des arbres de McCracken avec quelques exemplaires de P. orientalis résistants, eux, à l’anthracnose. Après un délai pour attendre la floraison de ces parents, les hybridations nous ont fourni de nombreux hybrides, mais il a fallu élaborer un test de sélection permettant de déceler, parmi eux, les quelques individus ayant éventuellement hérité de la résistance au chancre coloré.

Nous présentons ici le détail de cette démarche et son premier aboutissement, initié en 1989 et concrétisé en 2002.

Lire la suite...

André Vigouroux - Inra Montpellier
Conférence lors de la journée à thème sur l'arbre Suresne 2011

Voir la publication