Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

jardins et handicaps

Le Jardin pour Tous est d’abord né d’une aventure humaine. Lors des grandes Assises sur le développement durable, le réseau du Jardin dans tous ses États a mis en œuvre sur la Grand’Place de Lille, en 2003, un jardin collectif éphémère à des fins de sensibilisation à l’environnement à l’égard du grand public. Ce moment débordant d’initiatives, à l’instar des actions des jardins partagés, a permis que Laurent, du Viel Audon (Ardèche), accompagné par Hafid, de Chênelet (Pas-de-Calais), fabriquent un petit jardin surélevé, aidés de palettes de récupération et de système D. Les activistes des jardins partagés, en gésine du Jardin pour Tous, remarquèrent bien vite l’impact de ce micro-jardin aux allures de jardinière. En effet, quelle surprise de constater qu’un bac surélevé, planté de fleurs et de légumes, attirait les gens invalides ou à mobilité réduite ! Sans omettre également l’attention particulière portée par des personnes valides qui, une fois assises, profitaient ainsi des vertus du jardinage. Tout le monde pouvait donc jardiner.

Le concept du Jardin pour Tous est une adaptation du potager en carré, méthode originale qui permet de cultiver un maximum de plantes dans un carré d’un mètre de côté. Il s’agit de jardiner « à la chinoise », sans perdre le moindre centimètre carré. Chaque case de 30 cm de côté contient l’équivalent d’un petit plat de légumes.

Quelques mois plus tard, quatre associations – Chênelet (Pas-de-Calais), Les Jardins d’Aujourd’hui (Gironde), Chantier Nature (Nord) et SaluTerre (Gironde) – décident d’aller plus loin : donner l’envie de jardiner à tous, mais surtout aux personnes en situation de handicap.

Elles conduisent une campagne d’expérimentation à plusieurs niveaux. Chênelet conçoit un prototype de meuble à jardiner ergonomique, fabriqué à partir de bois sans traitement chimique, issu des forêts nationales. Des jardiniers de ces associations testent ces meubles en matière de production, sèment et plantent à tout vent, et vivent une belle histoire de jardinage avec cet aménagement.
En parallèle, les Jardins d’Aujourd’hui et SaluTerre mènent des animations spécifiques et adaptées, auprès de différents publics des institutions volontaires.

Des groupes de personnes âgées, des personnes subissant des handicaps moteurs, mentaux, psychologiques, se mettent à jardiner. Toutes prennent du plaisir à tripoter la terre, retrouver des sensations, évoquer des histoires personnelles. Des échanges, souvent profonds, ont lieu entre les équipes encadrantes des institutions et les animateurs des Jardins pour Tous. Il s’agissait de repérer les améliorations, tant dans la conception du meuble que dans la conduite de l’animation nécessaire à donner tout son sens à ce nouveau concept.

Cette expérimentation a duré deux ans. Deux années d’allers retours, d’écoutes, pour aboutir à cinq prototypes différents de meuble et un protocole d’animation, qui tiennent compte à la fois des usagers, mais également de l’organisation logistique des institutions qui accueillent cette activité. Ce travail a pu être réalisé grâce à l’enthousiasme et la pugnacité de ses initiateurs, mais aussi aux moyens financiers de mécènes qui n’attendaient que la réussite humaine du projet : les jardineries botanic, la Fondation de France, la Fondation Bruneau et la Fondation Caisse d’Épargne Aquitaine-Nord.

Aujourd’hui, les meubles sont réalisés dans une démarche de respect de l’environnement : aucun produit de traitement, bois issu de forêts locales, minimum de déchets, bois séché par un four à biomasse… Cerise sur le gâteau, ces meubles à jardiner sont fabriqués par des personnes en insertion. Le développement durable reprend ses titres de noblesse.

Ces jardins sont avant tout des supports pédagogiques d’animation qui intègrent les projets d’établissement de chaque institution.
Ce long travail, ces rencontres, les analyses croisées ont déterminé des axes de développement pour cette opération.

Il n’est pas question de proposer des meubles à jardiner sans s’assurer qu’il y ait une animation auprès des institutions demandeuses, la dynamique de jardin étant étroitement liée à l’animation proposée. Sans celle-ci, les résidents s’approprient difficilement, voire pas du tout le concept. Ces meubles sont alors considérés comme de simples jardinières, entretenues par les agents d’entretien (dixit les personnels soignants lors des bilans). La méthode de pédagogie de projet – c’est-à-dire que l’on « met tous les mains dans la terre » - permet d’impulser une activité soutenue par la suite par les animateurs des établissements ou les personnels soignants. Chaque opération nécessite de s’assurer qu’une compétence spécifique d’animation concrète existe au sein de l’établissement. Sinon, cette compétence est transmise par le réseau d’acteurs du Jardin pour Tous, coordonné par SaluTerre.

Pour que la greffe de ces jardins prenne, il faut une production à la hauteur des espérances des jardiniers. Il s’agit d’être vigilant sur la qualité des fournitures horticoles, car la phase expérimentale a permis de bien apprécier les avantages mais aussi les inconvénients d’un petit jardin. Le terreau doit être notamment de très bonne qualité, et pour cela des mélanges s’avèrent nécessaires ; une attention particulière des arrosages est privilégiée. L’animation porte aussi sur les astuces techniques pour jardiner facilement sur de petites surfaces, chose pas si évidente pour le quidam habitué à jardiner sur de grandes surfaces. Cette technique permet de rendre le jardinage accessible pour tous selon le procédé éprouvé : le jardin en carré.

Contact
SaluTerre, 67 rue Denfert-Rochereau, 33220 Sainte-Foy-la-Grande
Tél. 05 57 46 04 37 
Courriel : saluterre@jardinons.com

Eric Predine
Président de l’association Saluterre
Conférence dans le cadre des journées à thème "Jardins, environnement et santé" Paris 2010