Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

L'enracinement en sol urbain (4)

Sol urbain remblayé, enracinement de sous-face (Sol Paysage)Le renforcement de la nature en ville est une préoccupation politique et sociétale majeure. Or les plantations urbaines et projets d’espaces verts se réalisent sur un support souvent contraignant et généralement mal connu : le sol urbain.
La prise en compte des caractéristiques des sols est pourtant nécessaire à la réussite des plantations urbaines, notamment les arbres, car elles déterminent leur aptitude à développer un système racinaire rapidement (reprise des plantations) et durablement (développement pérenne).
La présentation expose les principales caractéristiques des sols urbains (notamment les anthroposols), leurs contraintes à l’enracinement. Les méthodes de caractérisation des sols urbains sont décrites ainsi que la cartographie des sols et des aptitudes culturales pour fournir des outils d’aide à la décision. Des applications au projet sont déclinées : choix des palettes végétales adaptées, conception et suivi de sols fertiles aptes à l’enracinement.

                                                                                                                                                                                  Caractéristiques des sols urbains et limites à l’enracinement

Les impacts de l’urbanisation sur les sols prennent différentes formes : tassement par les engins et le piétinement ; imperméabilisation par les revêtements, le bâti ; décapage, recouvrement, mélange de matériaux par les terrassements ; contamination par des matériaux pollués, les eaux de ruissellement (métaux, hydrocarbures, sel de déneigement, etc.)

La fertilité du sol, c’est-à-dire son aptitude à l’implantation et au développement des végétaux, présente plusieurs composantes : physique, chimique, biologique, hydrique. Les impacts de l’urbanisation sur la fertilité du sol sont ainsi multiples : forte compacité, faible capacité d’infiltration, faible aération en profondeur, pH élevé, faible activité biologique, toxicité, etc.

À la différence des sols dits « naturels », les sols urbains présentent une forte hétérogénéité spatiale et verticale et évoluent rapidement dans le temps, ce qui rend plus difficile leur caractérisation et leur prise en compte.
Les principales contraintes au développement racinaire des plantations urbaines, notamment pour les arbres d’ornement, portent surtout sur les critères physiques : une trop forte compacité en profondeur empêchant la prospection, une trop faible alimentation en eau ou une asphyxie racinaire. L’enracinement est alors superficiel, à l’opportunité de vides du sol. Il est très sensible aux variations climatiques et pose des problèmes de cohabitation avec les réseaux, les revêtements de trottoirs, etc.

Dans le cas d’un anthroposol reconstitué (sol de plantation), le développement racinaire s’effectue dans un volume de matériau pédologique d’apport (fosse ou tranchée fertile), permettant la reprise du végétal à court terme par le développement rapide d’un chevelu dense et ramifié. L’exploration dans le volume encaissant est nettement plus contrainte, ce qui limite l’installation pérenne du végétal.
Dans un contexte de surfaces artificialisées toujours plus importantes malgré les efforts de limitation de l’étalement urbain, la bonne connaissance des sols urbains et de leurs contraintes agronomiques est donc de plus en plus nécessaire pour concevoir des solutions permettant de développer des sols favorables à l’enracinement et supports de la nature en ville.

Lire la suite...

Sylvain Rullier
ingénieur agronome INAPG, Sol paysage
Conférence dans le cadre de la journée à thème d'Angers 2013

Voir la publication