Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

L'enracinement en sol urbain (3)

Exemple de mauvais enracinement d’un arbre dans une fosse de plantation urbaine - phénomène de chignonage

 

L’artificialisation des sols

L’artificialisation des sols en France liée à l’urbanisation est telle que tous les 10 ans, c’est l’équivalent d’un département français qui se retrouve urbanisé. Cette artificialisation est dopée sur le littoral et le long des axes de transport. Tous les ans, cela représente 35 000 ha de sols agricoles urbanisés et 20 000 ha transformés en « sols urbains végétalisés ». Une des conséquences de l’urbanisation est l’imperméabilisation progressive des sols, du fait des constructions de bâtiments et de voiries. Ce degré d’imperméabilisation est variable selon les villes (fi gure 1). Par exemple, une ville comme Montpellier a plus de 20 % de sols artifi ciels sur un rayon de 7 km autour du centre ville, tandis que pour la ville de Bordeaux, il s’agit d’un rayon de 13 km, soit près du double. Ces tendances ne sont pas une spécificité française ; en effet, les principales villes d’Europe subissent le même phénomène.

L’arbre en ville et son enracinement

L’urbanisation croissante n’exclut pas la végétalisation des espaces de vie, au contraire, mais elle repositionne comme une question essentielle la capacité de l’arbre à se développer dans un environnement climatique et un contexte de nature de sol contraignants. Aujourd’hui, le focus est positionné sur la partie souterraine dans laquelle il faut considérer le système racinaire (l’arbre), le milieu physico-chimique (le sol) et toutes les interactions entre les deux sans lesquelles la vie végétale n’existerait pas. Le système racinaire est un ensemble d’organes essentiel à la vie de l’arbre par ses fonctions de stabilisation physique, d’alimentation hydrique et minérale, et de réserves. Avant d’envisager les capacités d’adaptation du système racinaire dans des milieux contraignants, il convient de rappeler le développement et l’organisation du système racinaire  en milieu naturel non contraignant. Le système racinaire se compose de cinq catégories de racines qui se développent au début de la vie de l’arbre (fi gure 2). Il s’agit du pivot qui a un rôle d’ancrage, des charpentières qui ont un rôle d’exploration du sol, des racines qui ont un rôle de colonisation, des racines d’exploitation et enfin du chevelu racinaire qui a un rôle essentiellement trophique. Ces différentes catégories de racines mettent en place trois stratégies de développement au cours de la vie de la plante : l’expansion, la fourchaison et le développement retardé. L’observation du système racinaire est difficile, mais son diagnostic permet de retracer son histoire, de mesurer ses stratégies d’adaptation à l’environnement présent et d’évaluer ses performances pour la pérennité de l’arbre.

Lire la suite...

Patrice Cannavo & Gilles Galopin
enseignants-chercheurs, Agrocampus Ouest
Conférence dans le cadre de la journée à thème d'Angers 2013

Voir la publication