Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

La racine, interface entre la plante et le sol (1)

Introduction : les fonctions cachées des racines

Le système racinaire, bien que constituant la partie cachée des végétaux, est une composante essentielle pour la vie de la plante (Barlow 2003). Les racines assurent plusieurs fonctions vitales et permettent principalement la nutrition en eau et en éléments minéraux ainsi que l’ancrage du végétal dans le sol. Par ailleurs, les racines sont le lieu de synthèse de phytohormones transportées vers les parties aériennes qui conditionnent la réponse de la plante entière aux stress. Le système racinaire est une structure clé dans les interactions plantes-micro-organismes intervenant dans la protection de la plante contre les stress biotiques et abiotiques.
Ces différentes fonctions sont attribuées à des régions précises de la racine. Les méristèmes sont responsables de l’élaboration des nouveaux tissus racinaires, tandis que l’accroissement en volume des cellules a lieu dans la zone d’élongation. L’alimentation en eau et en sels minéraux se fait dans des cellules différenciées en poils absorbants dans la zone pilifère (Jones and Dolan, 2012). La coiffe racinaire située à l’extrémité de la racine est un organe vital permettant d’orienter la croissance racinaire en fonction des conditions environnementales (Barlow, 2003). Darwin (1880) avait déjà souligné dans son livre l’importance de la coiffe racinaire agissant comme le « cerveau » de la plante. La coiffe est également à l’origine de la formation de cellules particulières appelées « cellules bordantes », véritable interface physique, chimique et biologique entre la racine et le sol (Hawes et al., 2000 ; Driouich et al., 2010).

Interactions racines-microorganismes telluriques

Les racines sont en permanence en contact avec une flore microbiologique diverse et variée incluant bactéries, champignons, oomycètes, virus et nématodes (Bais et al., 2004). Certains de ces micro-organismes
du sol sont bénéfiques pour la plante tels les champignons mycorhiziens ou les bactéries symbiotiques, améliorant la nutrition de la plante, favorisant sa croissance et sa défense. La racine est également confrontée à de nombreux microbes entrant en compétition visà-vis des ressources nutritives du sol ou susceptibles d’engendrer des maladies dommageables à la plante. La sécrétion d’exsudats racinaires dans le sol permet de stimuler ou d’inhiber le développement de ces agents microbiens telluriques et régule fortement la composition de la microfl ore de la rhizosphère (Walker et al., 2003 ; Berendsen et al., 2012). Les exsudats racinaires jouent donc un rôle considérable dans le maintien de l’équilibre entre les différentes communautés du sol, ce qui se répercute sur la santé de la plante entière et par voie de conséquence sur le rendement des cultures.

Lire la suite...

Maïté Vicré-Gibouin
enseignants-chercheurs, Université de Rouen
Conférence dans le cadre de la journée à thème de Lomme-Lille 2013

Voir la publication