Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Hortensias, hydrangeas, une grande famille !

Tout le monde connait l’Hortensia, aux grosses inflorescences en boule qui colorent les jardins et les façades des maisons un peu partout dans l’ouest de la France. Les hortensias appartiennent au genre Hydrangea, beaucoup moins connu, et qui offre pourtant une multitude de plantes toutes aussi belles et faciles à cultiver les unes que les autres.
Petit tour d’horizon de cette famille de plantes dont la richesse des formes et des couleurs nous surprendra toujours.

Hydrangea macrophylla,
les hydrangeas à grandes feuilles

Le fameux hortensia appartient à cette espèce qui apprécie avant tout les climats doux et humides.  Ce sont pour la plupart des plantes au développement assez important, pouvant atteindre 1,50 à 2m en tout sens selon les conditions et les variétés. Les hydrangeas à grandes feuilles ne sont pas les plus faciles à cultiver car ils fleurissent sur les rameaux de l’année précédente. Une gelée tardive ou un mauvais coup de sécateur compromettent donc sérieusement la floraison et il faut attendre l’année suivant pour avoir de nouveaux boutons floraux. Malgré tout, le succès de cette espèce s’explique facilement par sa floraison souvent spectaculaire. A l’état naturel, l’inflorescence de l’hydrangea à grandes feuilles est plate et composée d’un cœur de petites fleurs fertiles entouré d’une couronne plus ou moins dense de grandes fleurs stériles colorées. Les nombreuses variétés qui présentent ce type d’inflorescence connaissent un succès grandissant et on les voit apparaître de plus en plus souvent dans les jardins au côté du traditionnel hortensia.

Hydrangea paniculata,
l’hydrangea à fleurs en cône

De plus en plus répandu, ce sont des plantes très rustiques et faciles à cultiver.  Originaires des montagnes asiatiques, ils demandent une exposition ensoleillée et peuvent prendre une envergure importante à l’âge adulte (3 mètres ou plus selon la variété et les conditions de culture). Ils forment sur le bois de l’année des inflorescences en forme de cône d’abord couleur crème devenant rose pâle ou vert amande en séchant.

Hydrangea quercifolia,
l’hydrangea à feuilles de chêne
Originaire du sud-est des Etats-Unis, c’est un arbuste qui garde des proportions raisonnables dans nos jardins (1,50 à 2 mètres) sauf dans les régions au climat très doux  où il peut dépasser les 3 mètres. Plutôt facile à cultiver, il présente un point faible : il ne supporte pas les excès d’eau ! Attention donc si le sol de votre jardin est argileux, lourd, ou détrempé l’hiver. Il fleurit sur les rameaux de deux ans en grandes panicules d’abord verdâtres, anisés, puis crème et finalement blanc pur rosissant en fin d’été.  Mais le principal intérêt de cet hydrangea est son feuillage semblable à des feuilles de chêne géantes, qui lui donne une allure à la fois forestière et exotique, et qui prend des couleurs flamboyantes à l’automne. 

Hydrangea arborescens,
l’hydrangea drageonnant

Originaire d’Amérique du nord, il s’agit d’un arbuste au port droit, très drageonnant et qui produit des inflorescences globuleuses blanches, devant vert amande en séchant.  La variété ‘Annabelle’ qui produit d’énormes bouquets de fleurs très spectaculaires connaît un vif succès dans les jardins.  C’est sans doute l’espèce d’hydrangea la plus facile à cultiver. Elle se plaît dans tout type de sol et fleurit sur le bois de l’année, donc supporte une taille au début du printemps, même sévère. 

Hydrangea aspera,
l’hydrangea velu

D’origine asiatique, ils présentent des poils sur les jeunes rameaux et leurs grandes feuilles vert sombre. Ce sont de grands arbustes, dépassant fréquemment 2m de hauteur. Ils aiment l’ombre claire, et les sols bien drainés, riches en humus et frais. Les inflorescences, très grandes,  sont souvent composées d’un cœur de fleurs fertiles dans les tons mauves entouré de quelques fleurs stériles blanches. Comme pour les  ‘macrophylla’, les ‘aspera’ fleurissent sur le bois de l’année précédente. Il  faut donc éviter de les tailler.

Hydrangea serrata,
l’hydrangea japonais

Ce sont des hydrangeas de sous-bois, qui aime être cultivés sous une ombre lumineuse et dans un sol frais et riche en humus. Encore peu connus, ils offrent pourtant d’infinies nuances  de formes et de couleurs et fleurissent sur le bois de l’année, ce qui permet de les cultiver également des les régions éloignées des littoraux car ils ne craignent pas les gelées tardives comme les hydrangeas macrophylla.

Hydrangea petiolaris,
l’hydrangea grimpant

Très différent des autres hydrangeas, celui-ci s’accroche à un support vertical (poteau, arbre, mur, …) et finit par couvrir de grandes surfaces. Il est très décoratif toute l’année grâce à ses inflorescences blanches l’été, son feuillage couleur or à l’automne et sa magnifique écorce en lambeaux l’hiver.

 

Hydrangea involucrata,
l’hydrangea à boutons de pivoine

Encore une espèce d'Hydrangea qui méritrait d'être mieux connue pour ses nombreuses qualités. Originaire du Japon et de Taïwan, il ressemble beaucoup à l'Hydrangea aspera par son feuillage à l'aspect velu. Il est en revanche beaucoup plus petit, souvent environ un mètre de hauteur. Il fleurit à partir de juillet sur le bois de l'année. Les boutons floraux sont enveloppés de bractées, ce qui fait leur originalité et leur vaut leur appelation d'"hortensias à boutons de pivoine". L'éclosion des boutons est spectaculaire et révèle une magnifique inflorescence qui reste lumineuse jusqu'en automne en séchant. L'Hydrangea involucrata se plait en situation de sous-bois et dans un sol frais et humifère.