Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Essayez les framboisiers (Rubus ideaus)

Rubus ideaus (D.Lejeune)Le framboisier croît à l’été sauvage jusqu’à 2 000 m, dans les montagnes de presque toute l’Europe et de l’Asie tempérée. On le trouve encore dans les plaines et les forêts des contrées septentrionales de l’hémisphère nord. C’est une plante des lieux humides, frais et mi-ombragés. Le framboisier craint la chaleur et le grand ensoleillement, qui occasionnent des brûlures sur les fruits. Il redoute le vent. On lui réservera des situations fraîches, aérées, à la mi-ombre, exposition est ou nord-est. Cette espèce affectionne les sols légers filtrants, plutôt acides (pH 6,5) et humifères. Il faut bannir totalement les terres compactes, battantes, à humidité stagnante. Les racines se montrent en effet très sensibles à l’asphyxie. Évitez aussi les sols calcaires à pH supérieur à 7,5, ainsi que les terres séchantes.

Végétation et fructification

Le framboisier est un végétal ligneux typiquement basitone : les bourgeons situés
à la base des tiges émettent des pousses vigoureuses (bourgeons de remplacement). Les tiges d’un an portent dans leurs parties médiane et supérieure des bourgeons qui donneront des rameaux florifères. Selon le mode de fructification, on distingue le framboisier non remontant et le framboisier remontant. Le framboisier non remontant fructifie sur les pousses de l’année précédente. La première année, la souche émet des drageons qui, en hiver, entrent en repos. Au printemps suivant, les bourgeons de ces tiges donnent naissance à de petits rameaux latéraux qui porteront des fleurs et des fruits. Après la récolte, les cannes se dessèchent et meurent. Elles sont remplacées par des drageons issus de la base des tiges et de la souche. Et le cycle recommence : la souche initiale dure de 5 à 7 ans, puis meurt d’épuisement. De nouvelles pousses se forment à proximité, et se succèdent en s’affaiblissant progressivement.
Le framboisier remontant, ou bifère, fructifie deux fois par an :
- une première fois sur la pousse de l’année en septembre/octobre. Cette production est faible.
- une deuxième fois sur la même tige, mais l’année suivante, en juin/juillet.
Les cannes ayant fructifié meurent pour faire place à une nouvelle végétation, qui se met à produire à son tour. Bien que le framboisier soit considéré comme autofertile, la pollinisation croisée améliore la production en quantité et en qualité. Le degré d’autofertilité change en effet avec les variétés. On a tout avantage à planter plusieurs variétés sur une même parcelle.

Culture

Le framboisier se multiplie très facilement par bouturage de racines. À réception, ou après prélèvement, les plants sont mis en jauge dans une terre meuble, arrosés modérément. Plantez à l’automne sur un sol bien rassis, propre, débarrassé d’adventices vivaces : chiendent, renoncules, liseron… Distances de plantation : 1,50 m entre les rangs, 0,50 m sur le rang. Après plantation, coupez la tige à 20/25 cm. L’entretien du sol consiste à le maintenir meuble et propre : griffage, sarclage, binage. Le système radiculaire étant très superficiel, évitez de travailler le sol en profondeur. Le paillage – compost, paille, tontes d’herbe – est toujours utile pour maintenir la fraîcheur du sol et apporter de la matière organique. Paillez sur environ 10 cm d’épaisseur. Les besoins en eau sont élevés du débourrement à la fin de la récolte. Veillez à bien arroser en été (juin/juillet). Arrosez au pied afin d’éviter de mouiller le feuillage (risque de pourriture grise, botrytis).

Conduite et taille

Conduite du framboisier non remontant
La conduite nécessite le palissage ou le tuteurage pour soutenir les cannes (tiges d’un an) et les drageons (pousses de l’année issues de la base). Le palissage le plus simple est la haie verticale. On tend deux étages de fil de fer, le premier à 0,60 m du sol, le second à 1,20 m. Chaque étage comprend deux fils parallèles entre lesquels sont coincées les cannes et les drageons. S’il n’y a qu’un fil, il faut attacher les tiges. La touffe tuteurée : les cannes sont attachées à un piquet vertical de 1,50/1,70 m de hauteur, en limitant leur nombre à six. C'est un procédé intéressant pour les petits jardins.

La taille des variétés non remontantes consiste à supprimer au ras du sol toutes les cannes qui ont fructifié et qui sont desséchées, et à garder les drageons les plus vigoureux (6 à 10 par mètre linéaire), qui assurent la fructification l’année d’après. Supprimez les autres. La taille doit être faite immédiatement après la récolte. Enlevez les cannes et brûlez-les pour empêcher la transmission de maladies.

Framboisier remontant (D.Lejeune)Conduite du framboisier remontant
Dans la pratique, on cherche à obtenir le maximum de récolte à l’automne, et pour cela, il faut procéder comme suit :
- après la récolte d’automne, coupez toute la végétation au ras du sol,
- en été (juin), éclaircissez les pousses de l’année (drageons) en laissant 12 à 15 pousses au mètre linéaire. Le palissage est réduit au minimum : la végétation est maintenue entre deux fils de fer écartés de 10 cm, et tendus à 0,80 m de hauteur. Par cette méthode, on obtient une récolte d’automne précoce et abondante, mais il n’y a qu’une récolte par an sur la même parcelle.

Pour faire produire les plants deux fois la même année, on adoptera cette marche à suivre :
- après la récolte d’automne, coupez la partie supérieure des pousses qui ont fructifié. La partie inférieure fructifiera l’été de l’année d’après,
-  l’année suivante, gardez les nouvelles pousses en vue de la récolte d’automne,
- après la cueillette d’été, supprimez les cannes qui ont fructifié et qui se dessèchent.

Récolte

Le framboisier commence à produire à la troisième année de plantation, et dure environ une dizaine d’années. La maturité des fruits s’échelonne de mi-juin à fin juillet pour les variétés non remontantes, et de mi-août à octobre/novembre pour les variétés remontantes (en production d’automne). Effectuez une cueillette tous les deux jours, car le fruit mûr pourrit très vite, attaqué par le botrytis. La framboise est un fruit très fragile, qui ne se conserve pas au-delà de 36/48 heures. Rappelons que la framboise est un fruit multiple, composé de 70 à 120 drupéoles portées par un réceptacle charnu. Le fruit se détache facilement du réceptacle, contrairement à la mûre qui lui reste attachée. La framboise se prête à toutes les préparations : jus de fruits, fruits au sirop, confitures et gelées, liqueurs et eau de vie. Le framboisier possède les mêmes propriétés médicinales que la ronce sauvage. Comme astringent, les feuilles sont utilisées en infusion ou macération, en gargarismes contre les affections de la gorge : aphtes, angines… En emploi interne, il est indiqué en cas de diarrhées. La framboise est pauvre en sucres, et donc bien tolérée par les diabétiques.

Michel Gautier
Article paru dans Jardins de France en juin 2009

Pour connaître les meilleures variétés

Téléchargez l'article en PDF...