Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Création de Jacques Castagné (D.Ronflard)

Vertdéco, pour un paysagisme innovant

Les Travaux : l’exemple de la société Vertdéco
Vertdéco est une entreprise que j’ai créée il y a 25 ans. Nous avions une spécificité de paysage d’intérieur. Puis, petit à petit, nous avons créé une entreprise de paysage extérieur et un bureau d’étude intégré à la société. Je revenais ainsi à ma formation de paysagiste. Aujourd’hui, nous sommes 52 collaborateurs en région parisienne (Magny-les-Hameaux dans les Yvelines) et notre activité comprend quatre secteurs d’activité :
- le bureau d’étude en interne mais aussi en externe ;
- le paysage d’extérieur : entretien et création de jardins, phytoépuration, baignade naturelle, toiture végétalisée,
- le paysage d’intérieur, les murs végétaux, la création et l’entretien. La location longue et courte durée de végétaux,
- deux boutiques de fl eurs, à Orsay et Jouy-en-Josas.
Nous avons eu la chance il y a trois ans de pouvoir acquérir un terrain de 5 ha où nous avons pu mettre en pratique notre vision du métier. Nous y avons construit une grande serre, un hangar pour y abriter notre chaudière à bois. Nous récupérons l’eau de pluie pour arroser les végétaux, traitons l’eau usée par des jardins assainissant, et récupérons nos déchets verts. Cet espace est le démonstrateur de ce que nous mettons en place chez nos clients. Nous avons été évalués par Iso 26000 (RSE) en 2009 et en 2011 au stade maturité. Je vais vous expliquer comment l’entreprise se mobilise pour respecter les attentes du « client », public comme privé , en matière environnementale, comment elle s’est adaptée et a formé ses équipes à ces nouveaux enjeux. Qu’en est-il de ses interventions d’entretien courant ? Comment valorise-t-elle au plan commercial son savoir-faire environnemental ?

L’innovation au service du jardin ?
Je ne peux vous expliquer nos engagements sans parler d’innovation. Aujourd’hui, il est incontournable de parler d’innovation, tout est innovation, nous sommes tous à la recherche du petit quelque chose qui va nous différencier et développer notre marché. Ce sont par exemple les murs végétaux, les toitures végétalisées, l’hydroponie, les potagers sur les toits, les abeilles, le végétal dans la ville. Cependant, ces innovations ne sont pas à mettre toutes au même plan, certaines comme les toitures végétalisées ou les murs végétaux répondent à un besoin esthétique, d’autres, comme les potagers sur les toits ou dans les entreprises, la mise en place de ruches, nous feraient presque oublier qu’elles ne sont pas en soi des innovations : elles sont l’expression d’un juste et nécessaire retour à des pratiques où l’on peut vivre en harmonie avec notre environnement. Toutes ces avancées ne sont que des produits que l’on peut associer à des matériels, comme l’électrique, et détournent nos regards de l’essentiel qui doit diriger notre développement aussi bien économique que de marché : l’économie ou l’énergie circulaire. Les enjeux véritables sont : comment pouvons-nous développer à la fois notre économie d’entreprise mais aussi celle de la société civile ? Comment pouvons-nous à la fois jardiner autrement sans pour autant détruire notre compétitivité et notre rentabilité ?
 

Création d’un point d’eau - © Vertdéco

Les déchets – la terre
C’est un grand problème pour notre société. Nous produisons de grandes quantités de déchets que nous savons peu recycler. Dans notre métier, le déchet vert devient un élément important de notre économie. À l’heure actuelle, vous n’avez pas vraiment le choix : c’est le transport quotidien des déchets vers une plateforme de traitement dont l’objectif sera de faire du compost le plus vite possible. À côté de notre entreprise, nous avons trois plateformes distantes d’environ 20 km : il aura fallu mobiliser un camion, une équipe et 2 h de temps... Aussi avons-nous décidé de mettre en place une micro-plateforme de 2 000 m² pour traiter nos déchets. Nous trions à la sortie du camion, le gros bois, les feuilles et branchages, les troncs.
Les branchages sont broyés ensuite pour faire du mulch, le gros bois est broyé pour produire les plaquettes qui vont être séchées et brûlées, le reste est broyé une fois par an, puis criblé pour faire du compost que l’on replace chez nos clients.
Ce compost est utilisé en engrais ou en complément. Nous étudions aussi la possibilité de faire notre propre terreau avec ce compost. Un autre déchet que l’on oublie bien volontiers : les eaux usées. Nous construisons de grandes centrales pour traiter ces déchets qui produisent des boues ingérables et saturées en métaux lourds. Aussi avons-nous décidé (et pour être honnête notre situation nous a aidés à choisir cette voie) de traiter nos eaux usées par des jardins filtrants. Nous travaillons avec le procédé Aquatiris qui a reçu très récemment son agrément auprès des services ministériels. Ce système fonctionne d’une manière excellente, sans odeur, intégré dans le jardin. Par exemple, il faut deux surfaces de 10 m² pour traiter les déchets d’une famille de 5 personnes.
 

Lire la suite (Pdf)

Olivier Bedouelle
Paysagiste, Vertdéco
Conférences et échanges Jardiner autrement - Paris 9 février 2012

 

Acheter la publication...

 

 

alt FranceAgriMer Ecophyto2018 Onema Soufflet vigne