Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Création de Jacques Castagné (D.Ronflard)

La gestion différenciée à Lyon

Chandelle sculptée. Tête d’Or - ©VDLLa ville de Lyon a amorcé son virage écologique voilà près de quinze ans, en s’engageant progressivement dans une démarche de gestion différenciée de ses espaces verts, démarche qui a ensuite essaimé en direction des autres services techniques de la ville, construction, bâtiments, éducation, commande publique… pour aboutir à une prise en compte généralisée de l’environnement à tous les niveaux de décision. Dans le domaine des espaces verts, la démarche a pris le nom de Gestion Évolutive Durable et a, dès 2001, adopté la dimension environnementale comme principe fondamental. Au-delà de la simple mise en place de classes de gestion diff érenciée, Lyon a opté pour un plan d’actions complet en faveur de l’environnement. Progressivement, ce sont plus de 300 actions qui ont été engagées, sur une grande diversité de thématiques. En 2005, la direction des Espaces verts a obtenu la certification environnementale Iso 14001, gage de qualité reconnu sur le plan international, qui atteste des efforts réalisés.

Gestion des déchets, protection de la ressource en eau, maîtrise des pollutions, diminution des consommations d’énergies et des émissions atmosphériques, préservation de la biodiversité… les domaines d’action sont nombreux et les enjeux forcément multiples. C’est en priorisant et en avançant pas à pas, notamment grâce à un important travail de formation continue des agents (en interne et en externe), qu’on peut progressivement faire évoluer les matériels et surtout les méthodes de travail, pour faire changer durablement les habitudes et atteindre des résultats significatifs. L’usage des pesticides dans les espaces verts lyonnais est ainsi totalement banni depuis fin 2007, l’usage de l’eau est rationalisé dans tous les jardins, 100 % des déchets sont valorisés (déchets verts, inertes, plastiques horticoles, déchets dangereux...) et les exportations de déchets verts ont été divisées par 4 en quelques années, passant de 2 500 tonnes en 2004 à 650 tonnes en 2011. Les jardiniers utilisent des fournitures écologiques pour limiter les pollutions : engrais et amendements organiques, lubrifiants biodégradables, biocarburants issus de fi lières courtes sur certains matériels, produits d’entretien éco-labellisés, matériaux recyclables et recyclés, bois non traité pour les tuteurs et certifi é pour les jardinières, les bancs…

Afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, on a développé la mutualisation du matériel, implanté un troupeau de moutons Soay pour l’entretien d’une réserve foncière de 3 hectares, un attelage hippomobile a été créé en 2006 pour collecter les corbeilles à papier du parc de la Tête d’Or et un bilan carbone complet a été réalisé en 2009. Les chauff eurs de poids lourds ont été formés à l’éco-conduite, et des fi lières courtes sont mises en place pour le traitement des déchets. En 2011, 20 000 km ont ainsi été économisés grâce à l’exploitation de plates-formes de compostage internes. La ressource en eau étant fragile et malheureusement non inépuisable, les principaux services consommateurs d’eau de la ville (piscines, patinoires, parcs et jardins…) mettent en place des mesures de suivi et de réduction. Dans les espaces verts, le projet GRAAL (Gestion Raisonnée de l’Arrosage Automatique Lyonnais) permet d’ajuster précisément chaque semaine le volume d’eau à apporter pour l’arrosage des massifs, jeunes arbres et pelouses, en fonction des conditions météorologiques. Le relevé mensuel des compteurs permet de traquer les fuites d’eau et de réparer au plus vite. Grâce à ces mesures, 130 000 m³ d’eau ont pu être économisés en 2011 sur les 200 jardins suivis.

La ressource en eau étant fragile et malheureusement non inépuisable, les principaux services consommateurs d’eau de la ville (piscines, patinoires, parcs et jardins…) mettent en place des mesures de suivi et de réduction. Dans les espaces verts, le projet GRAAL (Gestion Raisonnée de l’Arrosage Automatique Lyonnais) permet d’ajuster précisément chaque semaine le volume d’eau à apporter pour l’arrosage des massifs, jeunes arbres et pelouses, en fonction des conditions météorologiques. Le relevé mensuel des compteurs permet de traquer les fuites d’eau et de réparer au plus vite. Grâce à ces mesures, 130 000 m³ d’eau ont pu être économisés en 2011 sur les 200 jardins suivis.

Mais préserver l’eau, c’est aussi accepter le jaunissement estival des pelouses, ou parfois concevoir des jardins sans arrosage. Cela est possible grâce au choix de végétaux adaptés aux conditions climatiques locales, ou par de simples solutions d’aménagement utilisant l’eau de ruissellement. À grande échelle, on récupère l’eau de pluie des toitures ou, comme au parc Kaplan (Lyon 3e), celles de tout un quartier. Stockée sous terre, elle est réutilisée pour arroser les pelouses et remplir des bassins d’agrément. Lors de la création de parkings, on récupère aussi l’eau qui est pompée en permanence pour assécher les sous-sols et on l’utilise pour les espaces verts ou jeux d’eau aménagés en surface. Le futur espace Brotteaux (Lyon 6e) n’échappera pas à la règle.

Lire la suite (Pdf)

Tatiana Soulier-Bouvin
Ingénieur environnement, Espaces verts de la ville de Lyon chandelle sculptée.
Conférences et échanges Jardiner autrement - Lyon, 2 février 2012

 

Acheter la publication...

 

Société Lyonnaise d'Horticulture Lycée Horticole paysage & environnement FranceAgriMer Ecophyto2018 Onema Soufflet vigne