Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Création de Jacques Castagné (D.Ronflard)

Entretien écologique et solidaire des espaces verts

L’expérience de l’association Espaces en Val de Seine
Depuis 1995, l’association Espaces expérimente une gestion solidaire et écologique de la nature en ville. Espaces est née à la suite de la fermeture des usines de Renault-Billancourt en 1992. L’enjeu fut double :
- Réhabiliter les berges de Seine en les entretenant, taillant la végétation pour préserver les cheminements, développer un maintien de berges par techniques végétales (réalisation du premier ouvrage de ce type sur la
Seine sur l’île Saint-Germain à Issy-les-Moulineaux, inauguré en 1999) ;
- Proposer un emploi et accompagner les personnes sans abri qui avaient trouvé refuge sur ces berges.

Dans cette dynamique, le chantier Berges de Seine grandit, passant d’une première équipe de cinq éco-cantonniers à trois équipes représentant 21 agents et trois encadrants. Parallèlement, la demande s’est faite sur d’autres sites, poussée tantôt par la nécessité de créer des emplois pour des personnes en précarité, jeunes ou moins jeunes, tantôt par le souhait d’un aménagement écologique des sites pour lequel Espaces était relativement seule sur le territoire à pouvoir le proposer (et le reste à sa manière) : chantier d’insertion en Espaces boisés dans le Domaine national de Saint-Cloud, gestion des talus ferroviaires et notamment la Petite ceinture, espaces naturels sensibles et cheminements urbains, création des Jardins imprévus (jardins en mouvement) du parc départemental de l’île Saint-Germain... Ces chantiers sont mis en oeuvre de façon douce, y compris en terme de mobilité, Espaces ne disposant pas de véhicules à moteur : traction hippomobile, vélo, triporteur, vélo-rail, bus et tramway, navigation douce sont les outils quotidiens des équipes. À partir de 2000, apparaît une nouvelle demande de jardins solidaires et écologiques qu’Espaces invente à Meudon, Clamart puis dans les autres villes des environs (Issy-les-Moulineaux, Sèvres...). Enfin Espaces gère des pigeonniers de villes, petites fermes urbaines installées dans le diffus de la cité, participant au programme de recherche francilien Pigeon en ville.

La place essentielle de la nature et des friches dans la ville
Avec la densification urbaine, le foncier devient plus rare. D’autre part, la mobilité de courte période (week-end à la campagne) tend à s’amoindrir sous l’effet conjugué de la fin du pétrole bon marché, de la qualité d’offre culturelle des villes, du fractionnement des congés, rendant nécessaire l’amélioration de la nature urbaine, renouant ainsi avec la politique de création des parcs parisiens du pourtour de Paris (Buttes-Chaumont, Montsouris…) imaginés sous le préfet Haussmann par Jean-Charles Alphand, parcs destinés à contribuer à la sédentarisation des ouvriers ruraux venus travailler à Paris, ou encore les jardins familiaux de l’abbé Lemire, les cités-jardins d’Henri Sellier. On pourrait même remonter aux moines cisterciens dont l’aventure de l’abbaye du Thoronet en Provence fut magnifiquement décrite par Fernand Pouillon, urbain s’il en est, dans Les pierres sauvages, aux villas florentines et de la banlieue de Rome, à André Le Nôtre qui, à partir de la trame écologique, fabriquait des jardins d’agrément pour la noblesse. On a tout près d’ici le Domaine national de Saint-Cloud qui s’étire dans la vallée en hauteur du ru de Vaucresson.

Il s’agit donc de poursuivre l’invention de la ville à partir de la nature existante. Par rapport aux Cisterciens ou à Le Nôtre, nous n’avons plus de nature « sauvage » mythique si tant est qu’elle ait existé un jour. L’Homme est présent depuis trop de siècles et au cours des deux siècles derniers a
modifié le territoire tel qu’il ne l’avait jamais fait, à travers des infrastructures ou des constructions-démolitionsreconstructions. Dans ces interstices, la nature vient s’installer comme l’avait identifié Paul Jovet, père de la botanique urbaine. C’est de cette nature « ordinaire » que nous allons faire le joyau de demain en la magnifiant comme l’avait fait Le Nôtre. Les enjeux de la biodiversité sont passés par là, de même que la problématique des plantes envahissantes.

Lire la suite...

Yann Fradin - association Espaces
Conférence lors de la journée à thème sur l'arbre. Suresnes 2011

Voir la publication